Accueil

Annuaire

Faits et événements

Personnages

Napoléon

La France et le Monde

Waterloo

Belgique

Armées

Uniformes

Reconstitution

Publications

Liens

Nouvelles du Jour

Plan du site

Balises

 

 

 

 

1789-1815.com

  Uniformes   >   Armée française  Gardes

 

Dernière modification: 10/01/2006

Grenadiers hollandais de la Garde

Le décret du 9 juillet 1810 prononce la réunion de la Hollande à l’Empire français. Ce texte porte que la Garde royale fera partie de la Garde impériale.
Le décret du 13 septembre suivant précise les modalités de l’intégration de la garde royale dans la garde impériale. Pour le régiment de Grenadiers de la Garde, il prescrit qu’il prendrait le nom de 2e régiment de Grenadiers à pied, et que l’habillement resterait le même, hormis la suppression des brandebourgs et le remplacement des boutons.
Mais le 18 mai 1811, Napoléon crée un second régiment de grenadiers à pied français, et fait ainsi rétrograder les grenadiers hollandais du 2e au 3e rang, au grand désappointement de ceux-ci.
Le 3e régiment de grenadiers à pied prit part à la campagne de Russie, et il fut pratiquement anéanti lors de la retraite.
Le décret du 15 février sur la réorganisation de la Garde prononça la dissolution du régiment.

Grenadier en grande tenue, 1811

 

On a vu plus haut que le décret impérial du 13 septembre 1810 portait que le régiment conserverait son uniforme en supprimant les brandebourgs (typiques des unités de la garde hollandaise) et en remplaçant les boutons.
L’Histoire de l’Ex-Garde (1821) donne la description suivante de l’uniforme :
« Un habit blanc, collet, revers et parements cramoisis, doublure et passepoil de poches de même couleur, grenades jaunes.
Veste et culottes blanches.
Guêtres longues avec boutons de cuivre, épaulettes et dragonne rouges.
Bonnet sans plaque, cordon blanc à double gland ; au sommet du bonnet, une croix en fil blanc sur un fond cramoisi.
Plumet rouge.
Boutons à l’aigle à l’habit et à la veste.
Même garniture de giberne que les grenadiers du 1er régiment.
Fusil garni en cuivre
."

Cette description présente des différences avec celles que l’on peut trouver dans des ouvrages postérieurs, notamment au niveau de l’ornement du cul de singe du bonnet à poil, qui est plus souvent donné comme étant une grenade, comme chez les grenadiers à pied.
La dragonne est quelquefois donnée comme étant pareille à celle des grenadiers français.
Il y a aussi une discussion quant à la forme des parements : coupés droits et fermant à l’arrière de la manche avec deux boutons, ou fermés par une patte comme chez leurs homologues français.
En fait, il est possible que les grenadiers aient dans un premier temps conservé leurs uniformes hollandais, se contentant d’y ôter les brandebourgs et d’y substituer les boutons, et queles habits confectionnés dans la suite l’aient été en suivant de plus près le modèle en usage dans la vieille Garde, tout en conservant les couleurs du régiment.

 

Page d'accueil

Plan du site

Nouvelles du Jour

Pour écrire

La Patience - 1789-1815.com - waterloo1815.com  © Bernard Coppens 2004 - Tous droits réservés.