Accueil 

Annuaire

Faits et événements

Personnages

Napoléon

La France et le Monde

Waterloo

Belgique

Armées

Uniformes

Reconstitution

Publications

Liens

Nouvelles du Jour

Plan du site

Balises

   

Waterloo battle 1815

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1789-1815.com

   Annuaire 1789-1815   >   Armées   >   France  >  

.

Légion de la Vistule

 

1. Historique.

     

 

1. Historique.

La Légion de la Vistule trouve son origine dans les légions polonaises d’Italie.
Le 5 avril 1807, Napoléon ordonne la création d’une légion polonaise au moyen des unités polonaises qui se trouvaient en Italie, au service du roi Joseph, lesquelles étaient issues des légions polonaises d’Italie formées en 1797 par le général Dabrowski..
Cette légion comprend un régiment de lanciers à trois escadrons, trois régiments d’infanterie à deux bataillons, et une compagnie d’artillerie. Cette "légion polacco-italienne", d’abord employée en Silésie passe au service du royaume de Westphalie en novembre 1807. Mais au début de 1808 (28 mars), la légion passe au service de la France et prend le nom de "Légion de la Vistule".

Les régiments de la Vistule prirent part à la guerre d’Espagne de 1808 à 1812, et notamment aux sièges de Saragosse, Tortose, Tarragone, Sagonte et Valence.
Le 8 juillet 1809, Napoléon décréta la formation d’une seconde légion, la légion originelle prit alors le nom de "1re légion de la Vistule". La seconde légion devait être composée de soldats polonais provenant des armées autrichiennes ayant déserté ou faits prisonniers au cours de la campagne de 1809. Sur les trois régiments d’infanterie prévus, seuls les deux premiers reçurent un début d’organisation, mais ne parvenant pas à se compléter, ils furent réunis, le 18 février 1810, en un seul régiment qui prit le nom de 4e régiment de la Vistule. La 2e légion de la Vistule fut de ce fait supprimée.
Le 7 février 1811, un 2e régiment de lanciers de la Vistule fut formé au moyen de détachements tirés de tous les régiments de cavalerie du duché de Varsovie.
Le 18 juin 1811, les deux régiments de lanciers de la Vistule prirent le nom de 7e et 8e régiments de chevau-légers lanciers.
A partir de cette date, la légion de la Vistule ne compte plus que quatre régiments d’infanterie.

 

Pour recevoir gratuitement un fichier
en plus haute résolution
de l'image ci-dessus,
il suffit d'en adresser la demande
en cliquant dessus.

 
  Ils furent rappelés en France au début de 1812, en vue de participer à l’expédition de Russie. Les trois premiers régiments furent constitués en une division de 6 bataillons, qui fut attachée à la Vieille Garde. Elle prit part à la bataille de la Moskowa et aux combats qui suivirent la prise de Moscou. Les débris de la division furent anéantis le 28 novembre 1812, au passage de la Bérézina.      
 

Le 18 juin 1813, les débris des 4 régiments sont réunis en un seul, dénommé "Régiment de la Vistule", composé d’un seul bataillon attaché à la Vieille Garde. Ce bataillon sera écrasé à la bataille de Leipzig, et réorganisé à Sedan au moyen des débris du corps de Poniatowski et de la division Dabrowski, il prend part à la campagne de France en 1814, et se distingue particulièrement à Arcis-sur-Aube le 20 mars.
Cette unité, qui n’avait pas encore été rapatriée comme l’avait prévu le traité de Fontainebleau du 11 avril 1814, se trouvait à Reims au moment du retour de l’île d’Elbe. Par décret du 11 avril 1815, elle forma le 3e régiment étranger.
Ce corps fut officiellement dissous le 6 septembre 1815 ; il rentra alors en Pologne en emportant l’aigle* qui lui avait été donné pendant les Cent Jours ; ceux des Polonais qui restèrent en France concoururent à la formation de la Légion royale étrangère.
Cottreau résume fort bien le destin tragique des Polonais ayant servi Napoléon en conclusion de sa notice sur la Légion de la Vistule dans les Tenues des Troupes de France (n° 14) :
"Le nombre de Polonais morts glorieusement pour la France est énorme. Ils ont combattu pour nous jusqu’au dernier moment avec une ardeur et une vaillance qui ne se sont jamais démenties. L’Empereur eut l’art de leur persuader que les circonstances seules l’avaient empêché de relever le royaume de Pologne, alors qu’au fond, il n’en avait nulle envie."

* Les régiments de la Vistule ne reçurent pas d’aigle entre 1808 et 1814.

     
 

2. Composition

Composition en 1808 :
Trois régiments d’infanterie :
- 1er régiment de la Vistule
- 2e régiment de la Vistule
- 3e régiment de la Vistule
- Régiment de lanciers de la Vistule
Chaque régiment d’infanterie comprenait un état-major et 2 bataillons de 9 compagnies de 150 hommes, dont une compagnie de grenadiers et une compagnie de voltigeurs.
Le régiment de lanciers était à 4 escadrons.
Les effectifs théoriques ne furent jamais atteints.

     
 

3. Uniforme :

Kurtka bleu ; collet, parements, revers et retroussis jaunes ; shako garni d’une plaque de cuivre en soleil avec le numéro du régiment au centre (une N d’après Christian Blondieau), cordons et raquettes blancs, jugulaires de cuivre, pompon pyramidal ; pantalon collant blanc, demi-guêtres noires ; boutons blancs, portant les lettres WM ("Wislanka Miliaja") et le numéro du régiment ; les grenadiers portaient des épaulettes blanches, les voltigeurs probablement des épaulettes vertes ; capote grise ou bleu foncé.
Equipement et armement pareils à ceux de l’infanterie française.
Il avait été prévu de donner à la 2e légion le cramoisi comme couleur distinctive
Lanciers : Kurtka bleu ; collet, parements, revers et retroussis jaunes ; pantalon bleu à bandes jaunes ; chapska.

 

4. Bibliographie

Vernet et Lami, Collection des uniformes des armées françaises de 1791 à 1814, Paris, Gide fils, 1822.
Marbot et Dunoyer de Noirmont, Costumes militaires français. Planche 111.
Article de Léonce Bernardin, dans la 1re année de la Giberne.
Hors Série Tradition n° 8 Napoléon et les troupes polonaises 1797-1815.


(à suivre.)

     

 

_ Retour au haut de la page.

Page d'accueil

Plan du site

Nouvelles du Jour

Pour écrire

La Patience - 1789-1815.com - © Bernard Coppens 2015 - Tous droits réservés.