Accueil 

Annuaire

Faits et événements

Personnages

Napoléon

La France et le Monde

Waterloo

Belgique

Armées

Uniformes

Reconstitution

Publications

Liens

Nouvelles du Jour

Plan du site

Balises

   

Waterloo battle 1815

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1789-1815.com

   Annuaire 1789-1815   >   Armées   >   France  >   Cavalerie   >   Chasseurs à cheval

.

 

2e Régiment de Chasseurs à cheval

 

 
 

   
 

Un édit du 14 septembre 1673 autorisa le marquis de Fimarcon à lever un régiment de dragons qui prit son nom. En 1678, après la mort du marquis de Fimarcon à la bataille de Saint-Denis, le régiment prit le nom de Barbezières, du nom de son nouveau mestre de camp.
En 1692, il prit le nom de d’Estrades, en 1705 celui de Belle-Isle. En 1706, Belle-Isle-dragons surprend un corps de trois régiments de cuirassiers et leur fait plus de 300 prisonniers, dont 27 officiers. En récompense de cet exploit, le régiment est autorisé à porter les sabres des cuirassiers qu’il a défaits.

   
 

En 1709, le comte de Belle-Isle est nommé mestre de camp général des dragons, et cède son régiment au chevalier de Bonnelle, dont il garde le nom jusqu’en 1727, année où il devient Armenonville-dragons, pour devenir en 1738 Argence-dragons, puis Surgères-dragons, toujours du nom du mestre de camp propriétaire.
En 1745, il devient d’Aubigné, puis Choiseul en 1761, Custine en 1763 et Lescure en 1780.
En 1784, il devient Montmorency-dragons, et est transformé en régiment de chasseurs par l’ordonnance du 9 mars 1788 et prend, avec le deuxième rang dans l’arme, le nom de Chasseurs des Evêchés.


     
 

 

 

 

 

     
 
     
 

 

Le 1er janvier 1791, il prend le nom de 2e régiment de chasseurs à cheval.
Pendant les guerres de la Révolution, il combat aux armées du Rhin et de Rhin-et-Moselle. Il se distingue à la bataille de Pfrim, le 10 novembre 1795, à celle de Reuchen, le 14 juin 1796, à celle de Rastadt le 24 juin, à Ettlingen, le 9 juillet.
Après la paix de Campo-Formio, il fait partie de l’armée des côtes de l’Océan, puis est envoyé à l’armée de Naples. Il participe à la bataille de la Trebbia, puis à celle de Novi (1799)
Attaché à l’armée de Réserve en 1800, il prend part à la campagne d’Italie et reste en Toscane jusqu’à la paix de Lunéville.
Envoyé en 1803 au camp de Bruges (aile droite du camp de Boulogne) il fait partie de la brigade de cavalerie légère du 3e corps (Davout) pendant les campagnes de 1805, 1806 et 1807.
Il participe à la bataille d’Auerstaedt et à celle d’Eylau.
En 1809, il appartient, avec le 7e régiment de hussards et le 1er de chasseurs à cheval, à la brigade Jacquinot et combat à Abensberg (20 avril 1809), à Landshut, à Eckmühl, à Raab et à Wagram.
Il prend part à la campagne de Russie de 1812 (brigade Pajol, avec le 9e régiment de chevau-légers lanciers) et combat à Ochmiana, à Smolensk et à la Moskowa .
Partiellement reconstitué après les désastres de la retraite de Russie, il n’aligne en avril 1813 que 98 chevaux, faisant partie de la brigade de cavalerie légère du Général Guyon. Le 15 août 1813, il compte 360 chevaux dans les rangs. Il combat à Bautzen et à Leipzig.
Le 9 février 1814, les débris du 2e régiment de chasseurs à cheval, qui ne compte plus que 95 chevaux, concourt à la formation du 1er régiment provisoire de cavalerie légère, avec les 1er, 3e et 6e régiments de chasseurs à cheval. Ce régiment provisoire participe à la campagne de France de 1814 et combat notamment à Champaubert.
Devenu Chasseurs de la Reine en 1814, le régiment redevient 2e régiment de chasseurs aux Cent Jours. Il est affecté au 5e corps d’observation, et ne prend donc pas part à la campagne de Belgique.

 

     
 

Uniforme
Le Le 2e régiment de chasseurs à cheval se distingue par le collet vert et les parements écarlate.
(2e de la 1re série - régiments 1, 2 et 3 - couleur distinctive écarlate.)

(A suivre.)

     
 

Armement.
Le 2e chasseurs portait un sabre d’un modèle particulier, privilège obtenu par les dragons de Fimarcon en 1673 pour avoir fait prisonnier un régiment entier de cavalerie hongrois dont les sabres leur furent attribués. Ce privilège fut confirmé par un arrêté du premier consul du 30 thermidor an X (18 août 1802).

(A suivre.)

     

 

Etat militaire de la République française pour l’année VIII, par plusieurs officiers. Avec approbation du ministre de la Guerre. A Paris, chez Onfroi.

   
 

2. (Chasseurs à cheval) A l’armée de l’Ouest.
Provenant d’ancienne formation.
Uniforme : Habit dolman, vert naturel, collet idem, parements écarlates, tressures pour garniture en laine blanche, schakos.
Chef de brigade, C. Croutelle
Chefs d’escadron, Langlais, Lapoterie.
Adjudant : ….
Quartier-maître-trésorier, Rolland.
Chirurgien-major, Roussel.
Capitaines : CC. Chaudon, Cresson, Ernouf, Lécaillon, Foucaut, Armand, Guillaumont, Chaffardon.
Lieutenants : Fogle, Chatriet, Hiel, Rocard, Lacour, Miex, Lemaire, Giraud.
Sous-lieutenants : Bouteille, Grand, Legrand, Michault, Gilliard, Lochard, Desmailles, Rundzer, Santard, Fulveber, Decouz, Desportes, Roboain, Baour, Merle, Martin.

     

_ Retour au haut de la page.

Page d'accueil

Plan du site

Nouvelles du Jour

Pour écrire

La Patience - 1789-1815.com © Bernard Coppens 2015 - Tous droits réservés.