Accueil

Annuaire

Faits et événements

Personnages

Napoléon

La France et le Monde

Waterloo

Belgique

Armées

Uniformes

Reconstitution

Publications

Liens

Nouvelles du Jour

Plan du site

 

 

 

 

 

 

 

 

1789-1815.com

 Annuaire 1789-1815   >   Personnages  >

Dernière modification le 04 février 2005.

Beauvais

Victoires et Conquêtes, Tables du Temple de la gloire, 1831  
BEAUVAIS (Charles-Théodore), né à Orléans le 8 novembre 1772 ; son père médecin dans cette ville et ensuite à Paris, fut député aux assemblées législative et conventionnelle. Le jeune Beauvais entra au service comme simple soldat en 1792 ; il devint successivement sous lieutenant et lieutenant ; blessé à la bataille de Famars (mai 1793), sa belle conduite au siège de Valenciennes (dans la même année), lui valut de passer du grade de lieutenant à celui de chef de bataillon, adjudant général le 20 septembre 1793 ; il fut en cette qualité employé successivement aux armées du Nord, d’Italie, dans l’intérieur et en Egypte, où. il donna sa démission à la suite d’une vive altercation qu'il eut avec le général en chef Bonaparte ; fait prisonnier par un corsaire barbaresque, en revenant en France, il fut conduit à l'amiral turc devant Corfou, et envoyé par celui-ci à Constantinople ou il demeura détenu 28 mois au château des Sept-Tours avec la légation française, et plusieurs officiers- généraux ; échangé en 1809 il revint en France et obtint de Bonaparte, alors 1er consul, sa réintégration dans le cadre de l’état-major ; disgracié une seconde fois pour avoir pris parti dans la querelle du général Regnier avec le général Menou au retour de l’expédition d’Egypte, le colonel Beauvais se vit contraint d’accepter dans les impositions indirectes de la ville de Paris un emploi qu’il conserva jusqu’en 1809 ; à cette époque, il fut rappelé au service et employé dans son grade à l’armée formée sous Anvers, lors du débarquement des Anglais ; depuis il fut toujours employé activement jusqu’à la paix de 1814, soit en Espagne, soit à la grande armée d’Allemagne, où il fut nommé général de brigade le 30 septembre 1813 ; mis en disponibilité sous le gouvernement royal ; employé vers la fin d’avril 1815 sous les ordres du général Clauzel dans la Gironde ; commanda en avant de Bayonne et sur la Bidassoa une avant-garde composée des 3e léger et 94e de ligne ; au 15 juillet de la même année, il fut compris dans le licenciement général opéré par les commissaires extraordinaires du roi. Le général Beauvais a une réputation méritée comme écrivain ; on lui doit plusieurs articles dans le Constitutionnel et dans la Minerve ; il a rédigé presqu’en entier l’immense ouvrage des Victoires, Conquêtes, travail qui, par son importance et sa difficulté, doit lui valoir la reconnaissance de l’armée. Le général Beauvais est aujourd'hui porté sur le tableau des maréchaux de camp en disponibilité ; il obtint la décoration de la légion d’honneur le 27 juin 1810, et il eut la croix de St.-Louis le 13 août 1814.  
   
Biographie universelle, Ode, Bruxelles, 1844. :  
BEAUVAIS (Charles-Théodore), maréchal de camp fils du précédent (Beauvais de Préau, Charles-Nicolas), né à Orléans, le 8 novembre 1772, reçut de la Convention une pension de 1.500 fr. Il entra jeune au service, partit pour l’Égypte en 1797, avec le grade d'adjudant général, mais, demanda, bientôt sa démission, qui lui fut accordée. Pris par les Turcs dans la traversée, il ne revint en France qu'en 1803, après dix-huit mois de captivité. Ayant repris du service en 1809, il obtint, sous le général Latour-Maubourg, la place de chef d'état-major, dont il alla remplir les fonctions en Espagne. Nommé baron et général de brigade, il fit en cette qualité la campagne de 1813 sur le Rhin. Neuss avait été surpris le 31 octobre ; le général Beauvais réussit à s'en rendre maître. Pendant les cent jours, on lui confia le commandement de Bayonne. Depuis la restauration, il fut le principal rédacteur de l'important ouvrage: Victoires et conquêtes des armées françaises, publié par le libraire Pankoucke ; il: travailla aussi à un journal militaire. Le général Beauvais mourut au commencement de 1830, d'une hydropisie de poitrine.  


D'après Bardin, Beauvais avait collaboré aux "Annales des faits et des sciences militaires", journal militaire paru en 1818 et 1819 (4 vol. in-8°).

 

Page d'accueil

Plan du site

Nouvelles du Jour

Pour écrire

La Patience - 1789-1815.com - waterloo1815.com  © Bernard Coppens 2004 - Tous droits réservés.