Accueil 

Annuaire

Faits et événements

Personnages

Napoléon

La France et le Monde

Waterloo

Belgique

Armées

Uniformes

Reconstitution

Publications

Liens

Nouvelles du Jour

Plan du site

Balises

   

Waterloo battle 1815

 

 

 

1789-1815.com

   Annuaire 1789-1815   >   Belgique   >  

.

La Belgique en 1795

 

     

C'est le 9 vendémiaire an 4 (1er octobre 1795) que la réunion de la Belgique et du pays de Liège à la France a été votée par la Convention.

Les débats qui ont eu lieu les jours précédents, particulièrement le 8 vendémiaire, sont particulièrement intéressants concernant la façon dont ce pays (ou ce "non-pays" pour certains) était perçu par les contemporains.

En attendant la publication de ces débats, voici déjà quelques phrases extraites du compte-rendu du Moniteur Universel :

Le député Merlin (de Douai), après avoir présenté un résumé des faits depuis le décret du 15 décembre 1792, qui convoquait des assemblées primaires du peuple de la Belgique et du pays de Liège "pour créer et organiser une administration provisoire", présente le débat sous forme de trois questions :

"1° Quel est le parti que nous commande la justice envers les Liégeois et les Belges ?

"2° Que veulent, à cet égard, les intérêts de la république française ?

"3° Est-il prudent, est-il politique, dans les circonstances actuelles, de prononcer définitivement ? 

Et Merlin conclut son long rapport en disant :

"Représentants du peuple, votre comité de salut public vous a dit sa pensée tout entière ; il est convaincu que la justice, la politique, l'accélération de la paix, et surtout la restauration de nos finances exigent la réunion de la Belgique et du pays de Liége au territoire de la république française ; maintenant c'est à vous à prononcer."

Le député Armand (de la Meuse) s'oppose au projet de réunion en disant :

"Il n'existe entre ces deux peuples et nous aucune conformité de moeurs et de religion. (...) Vous atteindrez ce but (l'humiliation de l'Autriche) en assurant à la Belgique son indépendance. Qu'il soit libre aux Belges de former un gouvernement cimenté sur leurs moeurs et sur leur religion. Votre modération, dans la victoire, vous conciliera tous les esprits ; des prétentions exagérées susciteront une foule d'ennemis."

 

Eschassériaux aîné pose la question sous la forme suivante :

"Est-il de l'intérêt de la nation française de se réunir à la Belgique à son territoire ? est-il de l'intérêt du peuple belge de s'incorporer à la France ? La prospérité et la sûreté réciproque des deux nations ne leur prescrivent-elle pas cette réunion ? Toutes les deux n'ont-elles pas le droit incontestable de se réunir ; voilà à quoi se réduit cette question, la plus importante que le diplomatie ait encore agitée dans cette assemblée."

Et il conclut son exposé par l'affirmative.

Le député Lesage (d'Eure-et-Loir) tente de s'opposer à l'opinion qui prévaut déjà :

"Les Belges furent heureux sous leur ancienne constitution ; pourquoi voulez-vous qu'ils prennent la nôtre, que vous n'avez pas encore essayée, dont ils repoussent d'ailleurs les accessoires ?"

Le député Portiez (de l'Oise), dit :
"Si vous abandonnez ces peuples à eux-mêmes, je déclare que la guerre civile éclatera bientôt ; je dis la guerre civile, et je le prouve. Les habitants des pays conquis diffèrent entre eux de moeurs, d'habitudes, d'idiomes, d'opinions politiques et religieuses. Le pays connu sous le nom de Belgique était composé de plusieurs provinces qui chacune avait un esprit particulier.(...)"

On remarquera, par rapport à cette dernière opinion, que c'était également le cas de la France, et que la guerre civile consumait alors les départements de l'ouest...

 

 

 
 

 

_ Retour au haut de la page.

Page d'accueil

Plan du site

Nouvelles du Jour

Pour écrire

La Patience - 1789-1815.com © Bernard Coppens 2015 - Tous droits réservés.