Accueil 

Annuaire

Faits et événements

Personnages

Napoléon

La France et le Monde

Waterloo

Belgique

Armées

Uniformes

Reconstitution

Publications

Liens

Nouvelles du Jour

Plan du site

Balises

   

Waterloo battle 1815

 

 

1789-1815.com

   Annuaire 1789-1815   >   République française  >  

.

Cantal

 

Le département du Cantal, classé 14e en 1790, était “l’un des trois que composent l’Auvergne et le Velay”.

L’assemblée du département se tenait à Saint-Flour, et il était divisé en 4 districts (Saint-Flour, Aurillac, Mauriac et Murat). Les tribunaux étaient placés à Saint-Flour, Aurillac, Salers et Murat.

     

 

Extrait d'une description du département du Cantal (1801).

 
 

Les habitants du Cantal sont actifs, laborieux, économes ; mais, depuis très longtemps, l'infertilité de leur sol, l'excès des contributions, les ont forcés d'aller exercer leur industrie hors de chez eux ; ils se répandent dans toute la France, en Espagne, dans la Belgique, dans la Hollande, dans la Suisse ; partout ils sont connus sous le nom d'Auvergnats. Ils exercent les métiers les plus pénibles et font toute sorte de petit négoce. Ils peuplent, à Paris, le faubourg St-Antoine ; les ports de Bordeaux, de Marseille ; colporteurs, chaudronniers, dans les départements de l'Ouest ; en Espagne, ils ont formé entr'eux plusieurs sociétés de commerce. Une clause bien remarquable de ces conventions, c'est que les membres qui s'établissent à demeure dans le pays étranger, sont exclus aussitôt de la société. L'habitant du Cantal, toujours attaché au sol ingrat qui l'a vu naître, y revient comme l'abeille dans sa ruche, dès qu'il a fait sa petite moisson : ses absences sont plus ou moins longues, six mois, un an, deux, trois, même quatre années, suivant l'éloignement des lieux où ils vont travailler.

Leurs mœurs doivent y avoir perdu. On gagne peu à tant courir le monde ; mais il faut en attribuer la faute à l'ancien gouvernement, qui, au lieu de fouler et de faire déserter ce pays misérable, aurait dû y fixer les habitants en leur procurant du travail. (Journal de Paris, 5 ventôse an 9 - 24 février 1801.)

 
 

 

 

 

     

 

 

_ Retour au haut de la page.

Page d'accueil

Plan du site

Nouvelles du Jour

Pour écrire

La Patience - www.1789-1815.com © Bernard Coppens 2015 - Tous droits réservés.