Accueil 

Annuaire

Faits et événements

Personnages

Napoléon

La France et le Monde

Waterloo

Belgique

Armées

Uniformes

Reconstitution

Publications

Liens

Nouvelles du Jour

Plan du site

Balises

   

Waterloo battle 1815

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1789-1815.com

   Annuaire 1789-1815   >   Personnages  >  

.

Arenberg (Louis-Prosper, duc d') 1785-1861

 

De Francquen C., Recueil historique, généalogique, chronologique et nobiliaire des maisons et familles illustres et nobles du Royaume, précédé de la généalogie historique de la Maison royale des Pays-Bas, Bruxelles 1826.

   
 

PROSPER-LOUIS d'ARENBERG 1803.

Prosper-Louis, né le 28 avril 1785, duc régnant d'Arenberg, prince de Recklinghausen et de Meppen, succéda, en 1803, par cession de son père au duché d'Arenberg ; lors de la négociation de la confédération du Rhin, ce prince se vit menacé de perdre son indépendance politique et comme tant d'autres souverains, ses anciens co-états de l'empire. La création d'un régiment au service de la France, et un mariage, furent alors le prix de la conservation de la souveraineté dont la maison d'Arenberg avait joui depuis plusieurs siècles. Au moyen de ces sacrifices, le duc d'Arenberg fut compris, dès l'origine, comme membre de cette confédération dans l'acte signe à Paris, le 12 juillet 1806.
Ces sacrifices ne garantirent pas longtems la maison d'Arenberg de nouvelles atteintes. Vers la fin de 1810, le gouvernement français lui demanda la cession d'une portion de ses états, contre une indemnité qu'il ne désigna pas ; des demandes semblables furent faites à quelques autres princes de la Confédération du Rhin. Les négociations éprouvant des difficultés, un sénatus-consulte du 13 décembre 1810, réunit soudain à la France le nord de l'Allemagne, sous le nom des départements hanséatiques, avec promesse d'indemniser les princes froissés par cette réunion.
A partir du premier janvier 1811, le pays de Meppen fut occupé pour compte de la France, et la principauté de Recklinghausen, au nom du grand-duc de Berg, pour l'indemniser d'une portion du grand duché qui avait été aussi réunie à la France. Tous les domaines situés dans les pays de Meppen et Recklinghausen furent conservés au duc d'Arenberg, et, pour toute indemnité de la perte de sa souveraineté, on lui assigna, le 14 avril 1813, une rente perpétuelle de 240.000 francs, à inscrire aux grands livres de la dette publique de France et du grand-duché de Berg. Lors des événements de 1814, elle n'avait été ni inscrite ni payée ; le duc d'Arenberg avait des droits à réclamer la réintégration dans sa souveraineté, mais ses demandes, qui ne sont que justes, sont cependant restées sans succès. Le congrès de Vienne a réuni au royaume de Hanovre la souveraineté du pays de Meppen, et à celui de Prusse la souveraineté de Recklinghausen. Le duc régnant y a conservé la jouissance de ses propriétés domaniales, et l'on ne connaît pas encore le résultat de ses négociations auprès des cours de Hanovre et de Prusse, soit pour la réintégration dans sa souveraineté, soit pour l'indemnité qui lui est due.
Le prince Prosper-Louis d'Arenberg, avait épousé le premier février 1808, la princesse Stéphanie Tascher De La Pagerie. Ce mariage fui déclaré nul par jugement du tribunal civil de la Seine du 29 août 1816, par une sentence de l'officialité de Paris, du 27 mars 1817, enfin par une bulle du pape du 21 août 1818.
Il épousa, le 26 janvier 1819, Marie-Ludomille, princesse de Lobkowitz, duchesse de Raudnitz, née le 15 mars 1798.

 

Son père,
Louis-Engelbert,
duc et prince d'Arenberg

 

 

Chevau-légers belges
(Chevau-légers d'Arenberg)

 

 

Confédération du Rhin

 

 
 
 
  Arenberg (Louis-Prosper, duc d')      

 

 

Vigneron (Hippolyte), la Belgique militaire, tome 2, 1856 :

   
 

Arenberg (Louis-Prosper duc d'), naquit a Bruxelles en 1783, fut admis au nombre des princes de la Confédération du Rhin, en qualité de duc régnant d'Arenberg, et fut chargé par Napoléon, en 1806, d'organiser un régiment de cavalerie (chevau-légers belges), qui forma plus tard le 27e régiment de chasseurs à cheval, et avec lequel il entra au service de France. Envoyé en Prusse, puis dans la Poméranie suédoise , il fut dirigé vers l'Espagne après la paix de Stralsund, et s'y distingua à la fin du mois de mars 1810, à l'attaque du port de Huelba, en enlevant à l'ennemi plusieurs bâtiments chargés de grains. Le 15 mai suivant, un brillant combat de cavalerie où il renversa les escadrons ennemis, lui livra Huelba ; mais attaqué, le 24 août, par des forces nombreuses, il dut se replier sur San-Lucar, et défendit avec une grande opiniâtreté les postes qui lui avaient été confiés. Le 28 du même mois, il prit une glorieuse revanche, en détruisant presque en entier un corps de cavalerie espagnole, qui s'était aventuré sans infanterie, et se couvrit de gloire au mois de septembre 1811, en s'emparant, à la tête de son régiment, des deux rives du Tage, du côté d'Albuquerque, et en poursuivant les débris des colonnes de Castanos jusque sur les frontières du Portugal. Blessé grièvement au combat d'Aroyo-de-Molino, et renversé sous son cheval , il ne dut la vie qu'à un maréchal des logis de son régiment, qui le couvrit de son corps, et le fit connaître aux Espagnols, six fois plus nombreux, à l'instant où ils allaient l'achever. Fait prisonnier de guerre au même combat, il espéra d'abord être échangé, mais son espoir fut déçu, et transféré en Angleterre, il ne revint en Belgique qu'après la conclusion de la paix. Le prince Louis-Prosper d'Arenberg est aujourd'hui le chef de la maison d'Arenberg, et habite Bruxelles.

 

Chevau-légers belges

27e régiment de chasseurs à cheval

 
         

 

-

-

 

 

_ Retour au haut de la page.

Page d'accueil

Plan du site

Nouvelles du Jour

Pour écrire

La Patience - www.1789-1815.com © Bernard Coppens 2016 - Tous droits réservés.