Accueil 

Annuaire

Faits et événements

Personnages

Napoléon

La France et le Monde

Waterloo

Belgique

Armées

Uniformes

Reconstitution

Publications

Liens

Nouvelles du Jour

Plan du site

Balises

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1789-1815.com

  Annuaire 1789-1815   >   Personnages  >

.

 

Rapinat

 

  Hoefer, Nouvelle biographie générale, tome 41, Paris 1862.    
 

RAPINAT (***), administrateur français, né vers 1750, à Colmar, où il est mort, en 1818. Il était, avant la révolution, avocat au conseil souverain d'Alsace. Beau-frère de Rewbell, qui fut membre du Directoire, il suivit sa fortune, et fut d'abord employé aux archives, puis adjoint au commissaire ordonnateur Le Carlier et envoyé en Suisse pour y organiser les finances, ou plutôt pour y lever des subsides. Il s'acquitta de cette mission avec beaucoup d'âpreté, et souleva des réclamations générales. Il n'est pas prouvé que ce fut dans un intérêt personnel qu'il ait jamais agi ; mais ses fonctions étaient forcément vexatoires et son nom prêtait beaucoup à l'épigramme. Saint Albin dit de lui :
Le pauvre Suisse qu'on ruine
Voudrait bien qu'on examinât
Si Rapinat vient de rapine,
Ou rapine de Rapinat.

Rapinat fut vivement attaqué par un écrivain suisse, Usteri. Il était naturel que la France s'emparât des caisses appartenant aux anciens cantons aristocratiques, pour payer les frais de la guerre. Rapinat eut donc l'ordre de mettre les scellés sur toutes les caisses publiques, ainsi que sur les magasins et arsenaux. Les Suisses trouvèrent fort mauvais qu'on s'emparât de leur pécule. Rapinat prit sur lui de purger le gouvernement et les administrations helvétiques ; il frappa les anciennes familles nobles d'une levée de quinze millions, exigea la démission des deux directeurs Bay et Pfiffer, celle du ministre des affaires étrangères et la dissolution des chambres administratives de Berne et de Lucerne. La rudesse avec laquelle il prit ces mesures mit les torts de son côté. Accusé d'arbitraire et de concussion par ses administrés, il publia un Précis des opérations du citoyen Rapinat en Helvétie, 1799, in-8°. Ce panégyrique fut réfuté par le gouvernement helvétique, et le Directoire, cédant à la clameur générale, rappela son trop zélé commissaire. En 1805 Rapinat fut nommé conseiller à la cour de Colmar et exerça ces fonctions jusqu'à la restauration. A. L.

 

 

 

 

 

 

 

 


     

 

Page d'accueil

Plan du site

Nouvelles du Jour

Pour écrire

La Patience - www.1789-1815.com © Bernard Coppens 2017 - Tous droits réservés.