Accueil 

Annuaire

Faits et événements

Personnages

Napoléon

La France et le Monde

Waterloo

Belgique

Armées

Uniformes

Reconstitution

Publications

Liens

Nouvelles du Jour

Plan du site

Balises

   

Waterloo battle 1815

 

 

 

1789-1815.com

   Annuaire 1789-1815   >   République helvétique  >

.

République helvétique

 

     
 

Helvétique (République) : La république française cherchait depuis longtemps à s’assurer le contrôle des passages alpins, qui était devenu plus nécesaire encore depuis les conquêtes de Bonaparte en Italie. Le Directoire exécutif soutient en conséquence l’agitation démocratique dans le pays de Vaud et à Bâle. Lorsque Bonaparte traverse la Suisse en décembre 1797 pour se rendre au congrès de Rastadt, l’agitation prend une nouvelle tournure dans le pays. Le 27 janvier 1798, Lausanne proclame son indépendance. Les troupes françaises entrent en Suisse, occupent le pays de Vaud et marchent sur Berne, qui tombe le 5 mars. Une république helvétique, une et indivisible, est proclamée le 26 ventôse an 6 par le général Brune ; elle est dirigée par un directoire exécutif de cinq membres. Le corps législatif est divisé en deux conseils, le sénat de vingt-quatre membres, et le grand-conseil de quarante-huit. Une grande partie des cantons y  adhère le 15 avril 1798 ; mais Schwitz, une partie des cantons d’Unterwald, Uri, Glaris, Appenzell, Berne, Lucerne et Zurich refusent de la reconnaître et proclament la levée en masse. Le général Schauenbourg mène la lutte contre les Suisses, et ne parvient à soumettre le pays qu’en septembre.

La république française et la république helvétique concluent  le 23 fructidor an 6 un traité d’alliance offensive et défensive qui assure à la France la route militaire du Rhin et des Grisons, celle du Valais vers l’Italie. Six demi-brigades helvétiques entrent au service de la France.

Le 22 germinal an 7 (11 avril 1799), la réunion des Grisons à la république helvétique est décrétée, à l’unanimité, par les deux conseils de cette république.

Mais la République helvétique se débat dans de graves difficultés internes, souvent attisées par les agents français. Le premier consul Bonaparte convoque à Paris les représentants des cantons et des partis, et leur impose, le 19 février 1803, l'Acte de Médiation : la Suisse redevient une confédération, la République helvétique a vécu. Mais la sujétion à la France et à son maître est renforcée.

__________

 
 

 

Journal de Paris, 13 vendémiaire an 10-5 octobre 1801 :

   
 

République Helvétique. La diète helvétique continue ses travaux avec calme. La discussion s’est ouverte, le 3 vendémiaire, sur l’article 1er de la constitution ainsi conçu : “La république helvétique ne forme qu’un seul état. Son territoire est divisé en cantons.”

Journal de Paris, 19 vendémiaire an 10 :

Dans sa séance du 8 vendémiaire, la diète helvétique a décrété l’article IV de sa constitution, ainsi conçu : “La souveraineté réside dans l’universalité du peuple helvétique. Son exercice, selon les formes constitutionnelles, est confié à une diète et à un sénat nommés constitutionnellement.

     

 

 

Almanach de Bruxelles, an 11 :

   
 

République helvétique.
Cette république a commencé en 1315 ; elle était composée de treize cantons, qui portent presque tous le nom de leur ville capitale. Leur souveraineté fut reconnue à Munster en 1648. Leur étroite alliance avec la France fut confirmée dans l’église de Notre-Dame de Paris, par une célèbre ambassade à Louis XIV, en 1663. Cette alliance existait dès le temps de Charles VII, en l’an 1453. – L’air y est subtil et sain, mais froid. Le terroir y est fort montagneux et peu fertile, excepté dans les vallées, où il y a d’excellents pâturages. Les Suisses sont laborieux et courageux. Ils ont toujours 39.000 hommes prêts à marcher.
Ces peuples commencèrent de secouer le joug de la domination autrichienne en 1308. Les enfants de l’empereur Albert qui, pour les réduire, y menèrent une armée de 20.000 hommes, furent défaits à la journée de Morgathen, en 1315, par une cinquantaine d’hommes du canton de Schwits. Cependant cette république ne fut reconnue, pour un Etat libre, que par le traité de Westphalie en 1648.
Les religions catholique et protestante sont également suivies chez les Suisses ; et ils parlent communément les langues allemande et italienne.
Après bien des commotions survenues dans cet Etat depuis décembre 1797, sur son organisation et la forme de son gouvernement, il a cependant pris, depuis sa dernière révolution du 17 avril 1802, une forme stable. – Le 2 juillet de la même année, l’acceptation de sa constitution a été proclamée à Berne, siège de son gouvernement, et où son sénat s’est constitué à la maison commune. Le pouvoir exécutif réside dans deux landammans et dans deux statthalters. – Un sénat, des ministres, des préfets constituent l’administration helvétique.
Berne est la métropole de l’Helvétie. Le territoire helvétique est divisé en vingt-un cantons, savoir : Berne, Zurich, Lucerne, Uri, Schwitz, Unterwalden, Zug, Glaris, Soleure, Fribourg, Bâle, Schaffhousen, Appenzell, Saint-Gall, la Turgovie, l’Argovie, Baden, le pays de Vaud, les Grisons, le Tessin et le Valais.
La religion chrétienne est la religion du peuple suisse et de son gouvernement ; cependant aucune secte n’est privée de l’exercice de son culte. Lorsqu’il s’élève des contestations qui y sont relatives, le sénat en décide.
Il y a une administration centrale, pour l’exercice de la souveraineté nationale, et une administration cantonale : la première est composée d’une diète et d’un sénat.
La diète est présidée par le landamman, qui n’est pas en fonctions. Il a voix prépondérante, en cas de partage des suffrages.
La diète délibère sur l’acceptation ou le rejet des lois ; elle a le droit, sur la proposition du sénat, de déclarer la guerre ou de faire la paix. – Le sénat est composé de deux landammans, deux stathalters, ou lieutenants, qui ont un secrétaire d’état nommé hors de son sein , et vingt-six conseillers. Chaque canton y a un membre. – Le sénat choisit parmi ses membres les deux landammans et leurs deux lieutenants ; tous les quatre restent en place dix ans, et les sénateurs cinq ans. Les agents diplomatiques sont nommés et révoqués par le sénat, sur la proposition des landammans.

     

 

 

Dictionnaire historique, critique et bibliographique, par une société de gens de lettres (Biographie Chaudon), Volume 29, Paris 1823.

   
 

 

  1740  
         

 

 

         

 

_ Retour au haut de la page.

Page d'accueil

Plan du site

Nouvelles du Jour

Pour écrire

La Patience - 1789-1815.com - waterloo1815.com  © Bernard Coppens 2011 - Tous droits réservés.