Accueil 

Annuaire

Faits et événements

Personnages

Napoléon

La France et le Monde

Waterloo

Belgique

Armées

Uniformes

Reconstitution

Publications

Liens

Nouvelles du Jour

Plan du site

Balises

 

 

 

 

 

 

 

1789-1815.com

  Annuaire 1789-1815   >   

.

 

Iles Ioniennes

     
 

     
 

Les Sept îles :
- Corfou, capitale Corfou.
- Paxo (Paxi ou Paxous)
- Sainte-Maure (Leucade), capitale : Amaxichi.
- Céphalonie, capitale Argostoli.
-
Theaki (Ithaque, ou Petite Céphalonie), capitale Vathi
- Zante (capitale, Zante
- Cerigo (Cythère), capitale Capsali.

Les îles ioniennes, possessions vénitiennes sont attribuées à la France par le traité de Campo-Formio en 1797.

Elles sont reconquises en 1798 par une flotte turco-russe, malgré la vigoureuse défense de Corfou (octobre 1798-février 1799).
Elles forment en 1799, à l'initiative du tsar Paul Ier, un Etat fédératif oligarchique, sous le nom de république des Sept-Iles ou République Septinsulaire.Cet Etat est placé sous la protection conjointe des Russes et des Turcs.
La République des Sept-Iles est reconnue par la République française par le traité de paix d’Amiens en 1801.
Par le traité de Tilsit en 1807, la république des Sept-Iles revient à la France.
En 1809, les Britanniques occupent les îles, à l’exception de Corfou, vigoureusement défendue par le général Donzelot jusqu’en 1814.
En 1814, le traité de Paris place les îles Ioniennes sous le protectorat britannique.
Elles prennent alors le nom de « République des îles Ioniennes ». Le Congrès de Vienne confirmera en 1815 ce protectorat

" La république des îles Ioniennes avec 200.000 habitants, un revenu public de 2 millions de francs, et une milice nationale de 4 à 5.000 hommes, ne pourrait maintenir son indépendance ; mais l’Angleterre y entretient environ 2.400 hommes de troupes, et quelques frégates y viennent souvent montrer le pavillon britannique. On assure que le gouvernement anglais dépense jusqu’à 50.000 livres sterling à l’entretien des fortifications, et à la partie de la solde des troupes qui n’est pas à la charge des insulaires. A ce prix, il tient les clefs de la mer Adriatique, et surveille l’Archipel. " (Malte-Brun, Précis de la Géographie universelle, 1837, tome IV, livre 120, t, p. 350.)
Ce n’est qu’en 1864 que la Grande-Bretagne se retire de l’archipel, qui sera dès lors rattaché à la Grèce.

 
 

 

_ Retour au haut de la page.

Page d'accueil

Plan du site

Nouvelles du Jour

Pour écrire

La Patience - 1789-1815.com - waterloo1815.com  © Bernard Coppens 2011 - Tous droits réservés.