Accueil 

Annuaire

Faits et événements

Personnages

Napoléon

La France et le Monde

Waterloo

Belgique

Armées

Uniformes

Reconstitution

Publications

Liens

Nouvelles du Jour

Plan du site

Balises

 

 

  Waterloo battle 1815

 

 

 

 

 

1789-1815.com

  Waterloo 1815    >   

.

 

WATERLOO 1815 - 2015

 
 
 

     
 
Une vision nouvelle...

Récit

Acteur et témoins
Relations
Jugements et controverses
Historiens
Bibliographie
Questions
Débat
Le site de la bataille
Visites du champ de bataille
Uniformes
Documents

Cartes

Bibliographie

 

A lire :


Les Mensonges de Waterloo
Détails
 

 
 

Du neuf sur Waterloo...

Dans un monde qui a changé, nous n'avons plus de raisons de lire la bataille de Waterloo
 à travers la vision déformante des historiens d'une autre époque.


Waterloo, Récit critique

 
 
         
 

La vérité sur Waterloo ?

 Le mot de Cambronne
ou comment un "mot" devient une affaire d'Etat

Le récit du grenadier Deleau

 
 
         
  Le Guide fidèle du Brabant Wallon
1767-1775
 
 
         
 

Les trois récits de Napoléon

 Les Belges à Waterloo

 Un récit de 1864

 

Tout est confusion dans cette histoire... On l'appelle Bataille de Waterloo, mais elle ne se déroula pas à Waterloo, ce sont les vainqueurs anglais qui ont imposé ce nom. Les Allemands l'avaient appelée bataille de la Belle-Alliance, et les Français bataille de Mont-Saint-Jean. Trois appellations différentes pour une même bataille, et c'est la plus fausse des trois qui s'impose !

Dans un monde qui a changé, nous n'avons plus de raisons de lire la bataille de Waterloo à travers la vision déformante des historiens d'une autre époque. Pour tirer les enseignements que cet événement doit nous livrer, nous devons oublier les conclusions imposées par des successions de livres dont le but était d'établir une vérité qui flattait les préjugés de leurs lecteurs ; nous devons remonter aux sources, et voir si une partie des mystères qui enveloppent la bataille peuvent être dissipés par une approche nouvelle.

En privilégiant les documents rédigés pendant et après la bataille, je suis arrivé à des conclusions surprenantes : Napoléon et ses généraux se sont trompés en lisant la carte, ils ont cru que l'armée anglaise se trouvait dans le hameau de Mont-Saint-Jean, alors qu'elle était établie mille mètres en avant de celui-ci. En ce qui concerne Hougoumont, ils n'ont pas pris conscience de l'existence d'un. ensemble fortifié derrière le bois. Les troupes françaises se sont lancées en aveugles sur un terrain mal perçu par leurs chefs. En fait, Français et Anglais n'ont pas mené la même bataille.

   
         
 

Incroyable ? Oui. Et pourtant...

Une donnée qui change toute l'histoire de cette bataille :

Ca n'a l'air d'être qu'un détail, et pourtant :

Le 6e corps (Lobau)  ne se trouvait pas à gauche de la chaussée de Bruxelles...

     
         
    cliquez ici  
         
 

Contrairement à ce qu'affirment, à la suite du 2e récit de Sainte-Hélène, tous les historiens :

Thiers
Siborne
Houssaye
Lachouque
Logie
et tous les autres...

Mais plus à droite, comme il ressort des témoignages :

du bulletin de la bataille dicté par Napoléon
du général Gourgaud (1er récit)
du général Durutte
du colonel Combes-Brassard, du 6e corps
du colonel Janin, du 6e corps
du "témoin oculaire"
du plan de Craan

et tant d'autres...

(ces témoignages seront bientôt mis en ligne sur ce site.)

 

Un détail ?

Napoléon est passé maître dans l’art d’être plus fort que son adversaire sur le terrain de la rencontre. Au cours de la bataille, il accentue encore cet avantage. Tandis que se déroulent les péripéties tragiques du combat sur l’ensemble du front, opposant aux appels parfois pressants de ses maréchaux la sérénité d’un esprit sûr de ses conceptions, il scrute le dispositif adverse, en discerne les faiblesses et détermine l’objectif le plus favorable à l’attaque. Sentant en fin la désorganisation poindre chez l’ennemi, qui s’est prématurément usé, il précipite, au point choisi, la masse de ses réserves. L’apparition soudaine de ces forces, auxquelles l’ennemi ne peut plus rien opposer, constitue ce qu’il appelle l’événement, qui fixe le sort de la bataille. (Maréchal Pétain, 1931.)

A Waterloo, c'est le 6e corps (général Mouton, comte de Lobau) qui devait constituer la masse de réserve stratégique.
Sa position réelle sur l'échiquier éclaire la pensée véritable de l'Empereur, et n'est donc nullement un point de détail. Son déplacement dans les récits successifs de l'Empereur nous livre l'analyse que Napoléon fait de ses erreurs, erreurs qu'il ne peut avouer et qu'il fait endosser à ses lieutenants.

S'il est vrai que le 6e corps ne se trouvait pas à la place admise par tous les historiens de la bataille, il s'ensuit automatiquement que toute l'histoire de la campagne de 1815 est à refaire.

Mais est-il admissible de remettre en cause ce que tant de savants docteurs et stratèges ont répété depuis plus de 195 ans ? Peut-on toucher à l'enseignement militaire, à la sacro-sainte doctrine napoléonienne ?

Apparemment non.

 

Récit de la bataille ;

Le débat.

     

 

 

_ Retour au haut de la page.

   

Page d'accueil

Plan du site

Nouvelles du Jour

Pour écrire

La Patience - 1789-1815.com © Bernard Coppens 2015 - Tous droits réservés.